auteure de chansons recherche chanteuses chanteurs compositrices

Un texte :
Les rimes aux sourires mignons
A peine son sourire proclamé mignon
On lui impose un nom un prénom
Et même la religion de la région
Et les traditions du canton

La liberté des enfants
Qui la défend vraiment ?
Au nom d'une raison
On leur bétonne des barreaux
Dans le cerveaux
Des obligations prisons

Ils l'accusent d'être possédé par le démon
Quand l'enfant veut changer de prénom
Quand il ne croit pas en leur religion
Et s'oppose à leurs traditions

La liberté des enfants
Qui la défend vraiment ?
Au nom d'une raison
On leur bétonne des barreaux
Dans le cerveaux
Des obligations prisons

Les Voltaire de toutes les générations
On cru aux bienfaits de l'éducation
Qu'elles reculeraient les superstitions
Cassez-les vos télévisions

La liberté des enfants
Qui la défend vraiment ?
Au nom d'une raison
On leur bétonne des barreaux
Dans le cerveaux
Des obligations prisons



Pourquoi j'écris des chansons ?

- Pourquoi personne n’a fait dérailler les trains ? Vous saviez pourtant qu’aucun Juif ne revenait !
- Dès qu’il y avait du sabotage, les boches prenaient au hasard dans un village et zigouillaient sur la place.
Ma mère est née en 1929. Je ne lui en ai jamais voulu de ne pas avoir été résistante. Même quand vers 18 ans je me suis identifié au peuple Juif. Mais je n’ai jamais entendu parler d’actes de résistance dans notre village. Du marché noir, oui. Des familles devenues riches ainsi, et toujours fortunées.
« On » sait comment elles ont pu acheter leurs terres mais « on » les respecte. Ce n’est naturellement pas du respect. Mais il faut « les respecter », bien leur dire bonjour, admettre leur supériorité.
« On sait ce qui arrive à celui qui la ramène. » Encore aujourd’hui, ma mère voudrait bien pouvoir m’empêcher d’écrire sur Nicolas Sarkozy, Maurice Papon, l’héritier Hersant ou les avocats. Les fleurs et l’amour, comme ça ferait de belles chansons ! Retourner à Groupama serait quand même préférable !
Je lui ai parfois répondu « on sait ce qui arrive à ceux qui s’écrasent. » Naturellement, elle ne pouvait pas comprendre le sens exact de cette réplique, même quand quelques arguments suivaient.